Skip to main content

Actualités

Toutes les actualités de la SBF et de ses membres. Vous trouverez des informations sur les expositions, les nouveautés, les manifestations et les concours par le biais de notre newsletter «SBF INFO» ainsi que sur la page Facebook de la SBF.


SBF Personnel

17.01.2022

© Linda Pollari, Urs Tillmanns

Urs Tillmanns . Après plus de 27 ans, "Fotointern", le site suisse d'actualités photographiques quotidiennes et d'agenda photographique, ne sera plus dirigé par son fondateur Urs Tillmanns (76 ans), mais par Markus Zitt, son collaborateur indépendant de longue date.

Tillmanns a commencé sa carrière en terminant son apprentissage de photographe en 1968 chez Hans Hinz à Bâle, l'un des premiers photographes couleur professionnels de Suisse. Pendant 14 ans, il a ensuite travaillé comme photographe publicitaire, scientifique et industriel, notamment pour la police scientifique du ministère public de Bâle-Ville, pour l'entreprise horlogère Longines à Saint-Imier et pour Alusuisse, recherche et développement à Neuhausen.

De 1976 à 1991, Tillmanns a été le rédacteur en chef suisse de la revue internationale PHOTOGRAPHIE. Durant cette période, il a rédigé plus de 1 200 articles spécialisés, des essais sur les domaines théoriques et pratiques de la photographie et a publié 13 livres spécialisés sur des thèmes photo-didactiques, techniques et photo-historiques.

À partir de 1991, Tillmanns a travaillé comme journaliste et rédacteur spécialisé indépendant et a géré le service de presse de la Communauté d'intérêts des fournisseurs suisses de matériel photographique (ISFL). Il a été président de la société du Musée suisse de l'appareil photo à Vevey et a été le fondateur et l'éditeur de "Fotointern" ainsi que du "Fotoagenda" qui en fait partie jusqu'au 31.12. 2021. Fotointern a d'abord paru tous les quinze jours sous forme de magazine imprimé pour les professionnels et le commerce de la photographie et est en ligne depuis 13 ans sous forme de site Internet actualisé quotidiennement.

Pourquoi as-tu fondé Fotointern ? La création remonte à 1994. J'étais alors rédacteur en chef de l'édition suisse du magazine "PHOTOGRAPHIE", qui a ensuite été vendu à une maison d'édition en Allemagne. L'objectif était de créer Fotointern, un nouveau magazine suisse paraissant régulièrement et destiné aux photographes professionnels et au commerce de la photographie, qui n'existait pas encore à cette cadence et sous cette forme. Il s'agissait avant tout de présenter des nouveautés intéressantes, mais aussi d'aborder des thèmes de la branche qui avaient un lien avec la Suisse. Le magazine devait former un contraste avec les grands magazines photographiques, principalement allemands, qui paraissaient tous mensuellement et s'adressaient surtout aux photographes amateurs avec des articles techniques détaillés et des portfolios.

Comment Fotointern a-t-il pu s'établir et se maintenir à long terme sur la scène photographique suisse ? La notoriété de PHOTOGRAPHIE, qui connaissait un grand succès en Suisse depuis 1977 et qui était également fortement soutenue par l'industrie photographique, y a contribué. L'idée de lancer sur le marché un magazine bimensuel de type magazine, principalement consacré à des thèmes de la branche, a également été très bien accueillie par les fournisseurs. Avec un prix d'abonnement avantageux et la livraison gratuite aux apprentis, Fotointern a rapidement trouvé un lectorat important et fidèle. Ce n'est qu'en 2008 que la situation est devenue problématique, lorsque la crise économique a déstabilisé le secteur des annonces.

De grands acteurs comme Kodak, Agfa et d'autres ont renoncé aux dispositions annuelles habituelles et il est rapidement apparu que la rentabilité ne pouvait plus être assurée pour 2009. C'est ce qui est arrivé à Fotointern, comme à beaucoup d'autres magazines : le passage de l'édition papier à une plateforme Internet actualisée quotidiennement était la conséquence logique.

Quel est l'objectif de Fotointern ? L'objectif de publication de Fotointern est resté le même depuis ses débuts il y a 27 ans : Fotointern doit transmettre des informations actuelles sur de nouveaux produits et des thèmes culturels, et ce si possible en rapport avec la Suisse. C'est ce qui rend Fotointern unique par rapport à d'autres plates-formes d'actualités photographiques similaires à l'étranger. L'agenda photo avec les dates des principales expositions suisses y contribue. Des cours de photographie, des voyages ou des critiques de livres, le plus souvent de nouvelles parutions d'éditeurs suisses, ainsi que des top stories sont également mentionnés dans l'agenda. Les articles principaux sont consacrés à la création de photographes suisses ou à des thèmes en rapport avec la Suisse.

Qu'est-ce qui a changé dans le secteur de la photographie durant cette période ? En 27 ans - j'y ajoute la période de l'édition imprimée, car elle couvre une époque intéressante - Fotointern est devenu un ouvrage de référence presque sans faille sur les principales nouveautés, les évolutions passionnantes et les thèmes de la branche. Le passage de l'argentique au numérique en fait notamment partie. Actuellement, les quelque 8000 pages des éditions papier de 1994 à 2009 sont numérisées et indexées par la bibliothèque de l'ETH - un travail de titan qui devrait être achevé dans le courant de l'année qui vient de commencer. Il en résultera un ouvrage de référence numérique qui couvrira l'évolution de la photographie en Suisse avec le passage de l'analogique au numérique. 

Pourquoi arrêtes-tu ? C'est surtout dû à l'âge - il faut faire les choses tant qu'on est encore en mesure de les faire. J'ai maintenant 11 ans d'"heures supplémentaires AVS", et j'aimerais me consacrer à autre chose qu'à la production quotidienne de nouvelles. Chaque année, environ 1000 articles ont été publiés sur Fotointern. Cela représente environ deux et demi par jour - samedi et dimanche compris. C'est une pression de travail qui finit par être trop forte pour moi. Heureusement, mon collaborateur Markus Zitt reprend Fotointern, sinon j'aurais tiré la prise le 31 décembre 2021.

Comment l'entreprise va-t-elle évoluer ? Markus Zitt et moi avons travaillé ensemble pendant douze ans. Zitt est un journaliste spécialisé dans la photographie, l'électronique grand public et l'informatique et connaît parfaitement Fotointern, du concept de contenu à la technique derrière le site web. Cela garantit que tout se déroule comme d'habitude. Du moins pour le moment, car un média de communication porte toujours la signature de ses créateurs et des tendances du moment. Tôt ou tard, cela se ressentira certainement aussi sur Fotointern. De plus, je continuerai à travailler pour Fotointern, non plus tous les jours, mais de temps en temps - et avec les thèmes qui me plaisent et me plaisent particulièrement.
 
Vous trouverez de plus amples informations sur Fotointern.ch

 

Patenaires d'or

Partenaires d'argent