Skip to main content

Actualités

Toutes les actualités de la SBF et de ses membres. Vous trouverez des informations sur les expositions, les nouveautés, les manifestations et les concours par le biais de notre newsletter «SBF INFO» ainsi que sur la page Facebook de la SBF.


SBF Personnel

15.09.2022

© Maher Akraa, enfant réfugié à la frontière turco-syrienne, 2013

Maher Akraa . Originaire de Syrie, Akraa a un parcours de photographe atypique. Né en 1989 à Alep, la capitale syrienne, il a suivi des études à la Faculté des Beaux-Arts d'Alep de 2007 à 2011. 2007 marque le début de sa carrière de journaliste et de photographe dans les médias locaux.

 

Depuis 2011, la Syrie est en guerre. De 2006 à 2016, Maher a photographié la vieille ville historique d'Alep avant et après la guerre, afin de documenter la destruction du patrimoine mondial de l'UNESCO. En 2006, il a été récompensé par le "United Nations Populations Fund" pour la meilleure photo dans la catégorie "travail des enfants" en Syrie. De 2015 à 2016, il a documenté le bombardement russe d'Alep. Ont suivi des séjours en tant que journaliste en Syrie, au Liban et en Turquie.

Depuis 2016, Maher vit en Suisse. Maher explique au SBF ce qu'il veut atteindre avec sa photographie et il parle de ses expériences en tant que reporter de guerre et de sa vie en Suisse.

Tu as déjà travaillé comme photographe en Syrie. Qu'est-ce qui t'a amené à la photographie ? Ma passion pour la photographie était de photographier la vieille ville d'Alep et les gens qui y vivent. J'aime capturer des moments en images, surtout lorsque les mots ne peuvent pas les décrire.
 
Quelles étaient tes priorités photographiques à l'époque, et quelles sont-elles aujourd'hui en Suisse ? La documentation de la vieille ville d'Alep, surtout les bâtiments historiques, ainsi que les portraits de la société étaient mes priorités. J'ai également photographié des événements culturels, des actualités et du sport. En Suisse, j'ai souvent été à l'ONU-Genève et j'ai immortalisé les conférences politiques. À Zurich, je travaille comme photographe pour des événements culturels et dans le domaine universitaire.
 
Comment faut-il s'imaginer le travail photographique pendant la guerre ? Quelles étaient les difficultés ? En tant que photographe de guerre, on est toujours en danger. La tension est donc très élevée. La plus grande difficulté était la charge psychique lors de la documentation de la situation de la population dans les camps de réfugiés et dans les lieux détruits. Bien sûr, il ne faut pas oublier : Chaque photo est une partie de la patrie où tu as grandi.
 
Y a-t-il eu des situations qui ont été menaçantes pour toi ? En Syrie, on sait que le système est dictatorial. C'est pourquoi, en tant que journaliste, tu es toujours une cible. En tant que photographe, tout le monde te reconnaît immédiatement grâce à ton appareil photo, ce qui t'expose à une très grande menace. Tu reçois des menaces de toutes parts. Celles du régime syrien (services secrets) et des groupes radicaux sont très dangereuses. Ma dernière menace de mort a toutefois été reçue sur le sol des Nations Unies à Genève.
 
Que souhaites-tu atteindre avec tes documentaires ? Le projet qui me tient à cœur est un livre de photos de la vieille ville d'Alep avec des images prises avant et après la guerre. Je souhaite ainsi garder en mémoire l'héritage culturel et le rendre accessible à tous. En Suisse, je souhaite utiliser la photographie pour immortaliser la société, afin de documenter sa diversité et la cohabitation de la population.
 
Pourquoi es-tu venu en Suisse et comment vis-tu ton travail de photographe ici ? En raison de mon travail de journaliste et de photographe, j'ai reçu des menaces de mort et j'ai été contraint de fuir la Syrie pour le Liban et ensuite la Turquie. En 2016, je me rendais en tant que correspondant à l'ONU-Genève pour participer à la conférence "Syrian Talks", où j'ai été expulsé du pays par la police turque à l'aéroport sans explication. Depuis, je vis en Suisse. La liberté de la presse en Suisse favorise le travail créatif en tant que photographe, car ici je peux travailler sans avoir peur.
 
En 2018, tu as fondé en Suisse la plateforme médiatique "Brocar Media Network". Quel est leur objectif ? La plateforme a été créée pour rendre compte de manière indépendante des développements actuels au Moyen-Orient. Malheureusement, elle a dû être mise en veilleuse en raison de cyberattaques massives. Après avoir pris contact avec le Centre national de cybersécurité NCSC et la CyberCrime Police de Zurich, les cyberattaques de cette ampleur nécessitent, selon le rapport d'experts, une organisation et un financement en arrière-plan, par exemple par les gouvernement. Weblink

Patenaires d'or

Partenaires d'argent