Skip to main content

Actualités

Toutes les actualités de la SBF et de ses membres. Vous trouverez des informations sur les expositions, les nouveautés, les manifestations et les concours par le biais de notre newsletter «SBF INFO» ainsi que sur la page Facebook de la SBF.


SBF Personnel

15.03.2021

© Régis Colombo, Et la grippe A ? En conférence de presse à Lausanne. 9.8.2009

Régis Colombo. Photographe professionnel (51 ans), il vit à Lausanne et travaille depuis 20 ans dans le domaine de l'art, de la publicité, du reportage et de la presse. Colombo était à l'origine architecte, mais est devenu photographe pour voyager. Sa carrière a débuté en 1994, lorsque l'une de ses photographies a été publiée pour la première fois - en couverture d'un magazine économique. Aujourd'hui, ses photographies sont publiées dans le magazine GEO, Le Figaro ou le magazine Grands Reportages France. Il est représenté dans des expositions à New York, Paris, Genève ou Kiev, ses tableaux sont vendus dans des galeries. En outre, il a reçu de nombreux prix. Sa force réside dans le fait qu'il peut travailler dans de nombreuses disciplines, tant en studio qu'à l'extérieur.

Dans un entretien avec la rédaction du SBF, M. Colombo parle de son expérience extraordinaire avec le Dalaï Lama, des raisons pour lesquelles il déconseille aux jeunes photographes d'exercer cette profession et de l'importance, selon lui, du projet de fusion des associations.

Vous travailliez auparavant comme architecte, pourquoi êtes-vous devenu photographe professionnel ? 
En 1991, il y a eu la crise du bâtiment et j'en ai profité pour changer de métier car j'étais déjà passionné par la photographie et l’art.

Où avez-vous suivi votre formation ? 
Je n'ai pas fais d'apprentissage, j’ai commencé comme pigiste à 24heures (Tamedia), j'ai appris et travaillé avec plusieurs photographes dans des domaines différents, c’est ma force aujourd'hui car je peux répondre à une clientèle très différente comme vous pouvez le voir sur mon site internet.

Y a-t-il des sujets qui vous intéressent particulièrement ?
Je m'intéresse à tout, je suis un passionné. Mais depuis 10 ans, j'ai développé un travail artistique très personnel que j’expose en galerie d’art et c’est très passionnant.

Il y a beaucoup de photographes et beaucoup de concurrence - qu'est-ce qui vous distingue des autres ? 
Je suis très polyvalent et j’ai beaucoup d’expérience. Je n’ai pas peur d’apprendre si il le faut, je suis un hyperactif dans mon métier.

Votre conseil aux aspirants photographes ? 
Il y a clairement un problème de reconnaissance du métier. Le photographe à perdu son statut de professionnel dans ce monde ou tout le monde fait de la photo. Et malheureusement, les prix ont chutés. Il est donc aujourd’hui difficile de bien vivre de ce métier, il faut en être conscient.

Il faudrait déjà que les associations arrêtent d’accepter des membres qui ne vivent pas entièrement de la photo, car ce sont souvent eux qui cassent les prix. Il faudrait également que les écoles arrêtent de former autant de photographe chaque année, Il n’y a plus assez de place pour tout le monde et ce n’est pas leur rendre service que de les mettre sur le marché dans ces conditions, soit en faire des futurs chômeurs.

Pour répondre à la question, je leur dirai de faire un autre métier pour assurer leurs arrières et de garder la photo comme passion. Dans tous les cas, celui qui voudra en faire son métier, s’il est vraiment passionné, il y arrivera… mais avec beaucoup de sacrifices!
 
Vous avez photographié des personnalités de renommée internationale. Y a-t-il une expérience qui reste dans votre mémoire ?
Pour le Dalai Lama, nous étions 50 journalistes dans la salle de presse. A la fin de la conférence de presse, il s’est levé puis il est venu vers moi, il m’a serré la main et il est parti. Je n’ai jamais compris pourquoi moi, c’était incroyable et en même temps déroutant.

Comment voyez-vous votre avenir en tant que photographe ?
Je vais avoir mon premier enfant à 51 ans en juin prochain. Mon but premier sera de faire vivre ma famille car ma vie va bien changer.

Pourquoi avez-vous rejoint l'Association SBF ?
Question compliquée! Notre association Romande, l’USPP n’est malheureusement plus très dynamique et notre métier à beaucoup changé ces dernières années. J’ai toujours été convaincu qu’il faudrait fusionner toutes les associations de photographes pour en créer une seule grande qui aura les moyens de défendre notre profession de manière beaucoup plus active.

Il faut savoir s’accorder avec son temps et en temps qu’ancien Président et co-fondateur de l’USPP et membre du comité des photographes d’IMPRESSUM peut-être apporter mon soutient à un tel projet. Il y a des combats qui doivent être menés en temps opportun. 

Portfolio-Link

Weblink

Patenaires d'or

Partenaires d'argent