Skip to main content

Actualités

Toutes les actualités de la SBF et de ses membres. Vous trouverez des informations sur les expositions, les nouveautés, les manifestations et les concours par le biais de notre newsletter «SBF INFO» ainsi que sur la page Facebook de la SBF.


SBF Personnel: Simone Mengani

22.11.2021

© Simone Mengani, Spazio Officina e Max Museum Chiasso. 2013

Le photographe tessinois, originaire de Pérouse et qui dirige aujourd'hui son studio à Mendriso (TI), travaille depuis environ 16 ans comme photographe d'architecture indépendant. En 2004, il a obtenu son diplôme d'architecture à l'Accademia di architettura de Mendrisio. En 2006, il a commencé à travailler en tant que photographe indépendant. Cet autodidacte s'est dès lors concentré sur les domaines de l'architecture et du reportage.

 

Mengani est membre du SER depuis 2014 et délégué de la SBF Sezione Svizzera italiana depuis 2016. Dans cette interview, Mengani révèle pourquoi les photos peuvent aussi être bonnes pour l'âme et comment il voit son rôle de délégué de la section SBF.

Qu'est-ce qui t'a incité à changer de métier et à devenir photographe ? Après avoir travaillé pendant deux ans comme architecte dans un studio, j'ai eu besoin d'une pause contemplative et j'ai fait un voyage de trois mois en Argentine et au Chili. J'y ai rencontré deux photographes qui travaillaient pour National Geographic. Ils m'ont emmené dans une expédition photographique de quatre jours à 5000 mètres d'altitude. C'était magnifique. C'était ce que je cherchais. Qui m'a ordonné de revenir en Suisse en tant qu'architecte, de m'asseoir toute la journée sur une chaise de bureau et de concevoir des maisons dans lesquelles je ne voulais pas vivre ?

Avais-tu déjà fait de la photographie auparavant ou t'es-tu jeté à l'eau ? J'ai toujours aimé faire des photos, mais si je le fais en tant qu'amateur ou si je le fais en tant que professionnel pour gagner de l'argent, c'est différent. Mais j'ai franchi le pas parce que je savais que je devais le faire et que je voulais absolument le faire.

N'était-ce pas un risque ? C'était risqué, mais j'aime prendre des risques et cela m'a motivé à faire de mon mieux.

Comment t'es-tu formé pour devenir photographe ? J'ai eu la chance d'être assistant d'un bon photographe pendant trois ans. C'est là que j'ai appris une grande partie de mon métier. Parallèlement, j'ai travaillé à 50% comme photographe intérimaire pour un journal local, ce qui m'a permis de me constituer un réseau professionnel et de trouver des clients. Des collègues m'ont également confié mes premières missions de photographe d'architecture.

La formation continue est importante pour moi au quotidien, que ce soit dans le cadre d'ateliers avec le SER Sezione Svizzera italiana ou avec d'autres photographes. Chaque jour, je regarde des photos et j'essaie de comprendre ce que le ou la photographe voulait obtenir et comment il ou elle l'a fait.

Qui sont tes clients ? Aujourd'hui, je travaille presque exclusivement dans le domaine de l'architecture. Je documente de grands chantiers pour la Confédération, je collabore avec le canton pour la documentation de biens culturels (bâtiments classés monuments historiques tels que les églises, les monuments et les maisons) et je photographie pour des architectes, des ingénieurs et des agences immobilières.

Y a-t-il un événement marquant ? Un architecte m'a un jour remercié pour les photos, car elles l'ont réconcilié avec le bâtiment qu'il avait conçu et suivi pendant deux ans. C'était pour lui un projet complexe, plein de compromis, et le client était lui aussi très exigeant. Une fois les travaux terminés, il était épuisé et agacé. Les photos ont été pour lui comme une "cure psychologique". Elles l'ont amené à se réconcilier avec le bâtiment. Les photos ne sont donc pas seulement une documentation, elles peuvent aussi être bonnes pour l'âme.

En tant qu'architecte, es-tu avantagé par rapport aux non-architectes qui prennent des photos ? En tant qu'architecte de formation, j'ai l'œil pour reconnaître les intentions des architectes. Nous parlons le même langage.

Comment vois-tu ton rôle de délégué de la SER Svizzera italiana ? La Sezione Svizzera italiana était en crise il y a quelques années encore. Grâce à l'aide de l'Union centrale (UC) et de Sabrina Stäubli, membre du SER, tout le matériel du site a été traduit en italien. Cela nous a motivés à repartir en tant que section, et tout le monde a apporté sa contribution.

J'étais le seul de la section à parler suffisamment l'allemand, je me suis donc mis à disposition pour servir d'intermédiaire entre la section et la CP. Mais il n'est pas toujours facile de s'exprimer dans une autre langue (google translator ne fonctionne pas dans les conversations). Pour la section, il est important de savoir qu'il y a quelqu'un à la CP qui fait avancer les intérêts d'une petite section.

Weblink

Patenaires d'or

Partenaires d'argent