Skip to main content

Actualités

Toutes les actualités de la SBF et de ses membres. Vous trouverez des informations sur les expositions, les nouveautés, les manifestations et les concours par le biais de notre newsletter «SBF INFO» ainsi que sur la page Facebook de la SBF.


SBF Personnel: Philipp Funke.

19.12.2021

© Philipp Funke, Brooklyn, Octobre 2021

Sa carrière professionnelle semblait toute tracée : Études d'architecture à Berlin, puis Philipp Funke a accumulé des années d'expérience dans ce domaine professionnel en Suisse. Ses études de photographie à Zurich lui ont ensuite ouvert la voie de la photographie professionnelle. L'architecture est restée son sujet principal. Néanmoins, il est également à l'aise dans d'autres genres, comme le reportage ou le portrait. Il consacre plus de la moitié de son temps à des travaux de commande, le reste du temps, il se plonge dans des projets libres. Récemment, il a quitté Zurich pour New York, où il travaille comme photographe d'architecture indépendant.

Il a expliqué à la rédaction du SER pourquoi la situation actuelle lui simplifie la vie professionnelle en tant que photographe. 

Comment vis-tu New York ? Je ne suis ici que depuis peu, mais c'est différent de ce à quoi je m'attendais. Je dois quitter le point de vue des touristes. La ville semble me demander plus que ce que je peux assimiler, et ce à bien des égards. Cela m'empêche de dormir. New York est également différente de ce qu'elle était il y a quelques années. Même si la ville s'anime à nouveau, il manque les touristes comme spots colorés en contraste avec les New-Yorkais affairés. Presque un magasin sur cinq est vide, surtout à Manhattan.

Comment vis-tu New York en tant que photographe ? Les New-Yorkais sont habitués à se réinventer en permanence. Il n'en va pas autrement aujourd'hui et cela rend la ville passionnante à photographier. Il y a cependant peu de villes qui sont aussi surdocumentées. La situation actuelle facilite la recherche de nouvelles impressions expressives. En tant que personne passionnée d'architecture, mon œil se porte sur les situations urbaines. Avec moins de monde, les bâtiments semblent différents et il y a beaucoup d'interventions temporaires. Mis à part les changements liés au Covid, il est intéressant de trouver des moments architecturaux qui sont inhabituels pour les yeux européens. Pour moi, ce sont souvent des contextes qui sont peut-être moins attrayants pour les lentilles des touristes:internes et qui n'ont pas encore été photographiés si souvent. 

Tu as travaillé plusieurs années comme architecte. Pourquoi es-tu devenu photographe ? Après des années passées dans la planification, on m'a confié exclusivement des tâches de gestion de projet. Dans cette position, les activités créatives se réduisent. Cela me manquait beaucoup. Depuis l'enfance, la photographie est un moyen d'exprimer ma créativité. J'y vois la possibilité de ne pas devoir quitter la matière que j'aime, l'architecture. Le pas a été facile à franchir, abstraction faite des réserves d'ordre économique. 

Le saut dans le vide ? Pendant mes dernières années d'architecte, j'ai commencé à accepter des commandes en tant que photographe, mais je ne pouvais pas en vivre. Lorsque j'ai quitté la planification, j'ai inséré une formation continue de trois ans. Je voulais professionnaliser des connaissances acquises en autodidacte, mais aussi me constituer une clientèle, créer un portfolio et nouer des contacts. J'ai donc préchauffé l'eau. 

En tant qu'architecte, qu'est-ce qui est important pour toi dans la photographie d'architecture ? La photographie est, avec les plans, le média le plus important dans la transmission de l'architecture. Son caractère immobile rend rarement possible une visite de l'objet. C'est pourquoi il est indispensable, en particulier pour les travaux de commande, non seulement de créer une image attrayante du bâtiment, mais aussi de rendre visibles les faits architecturaux, les intentions de conception et les particularités urbanistiques. L'attrait de l'image attire initialement l'attention et suscite l'envie d'en savoir plus chez les observateurs. Ceux qui n'ont pas fait d'études d'architecture et/ou n'ont pas d'expérience dans le métier ont besoin d'une réflexion approfondie sur le sujet pour répondre à cette exigence.

Peux-tu changer quelque chose avec ta photographie ? Le changement n'est pas toujours mon objectif, c'est plutôt la représentation qui est au premier plan. Les images peuvent servir d'outil pour provoquer des changements. L'influence serait plutôt passive. Il en va autrement pour les projets à motivation politique ou sociale, généralement libres. Par exemple, mon interprétation de la villa de l'ancien dictateur albanais Enver Hoxhas a été précédée d'un an de recherches.

Ce n'est qu'ensuite que j'ai osé tenter de transmettre, à travers des photographies de pièces désertes, le caractère d'une personne responsable de la souffrance d'une nation pendant des décennies et de la mort de milliers de personnes. Dans la société ou la politique albanaise, le travail sur le passé communiste n'est pas au centre des préoccupations. Peut-être que les images rendent l'examen de cette question un peu plus facile ou plus pertinent. Si cela fonctionne, les photographies peuvent effectivement contribuer directement à un changement. 


Que va-t-il se passer pour toi en tant que photographe à New York ? J'ai le luxe de pouvoir me consacrer à des projets libres pendant deux ans. Je souhaite toujours apporter aux clients en Suisse les services qu'ils attendent de moi. Je viens à Zurich tous les deux mois pour répondre à ces commandes. À New York, je me concentre sur des projets artistiques qui m'intéressent en tant que photographe d'architecture et qui, dans le meilleur des cas, me font progresser. En tant que photographe, j'ai beaucoup à apprendre de cette ville. 

Weblink

Patenaires d'or

Partenaires d'argent