Skip to main content

Actualités

Toutes les actualités de la SBF et de ses membres. Vous trouverez des informations sur les expositions, les nouveautés, les manifestations et les concours par le biais de notre newsletter «SBF INFO» ainsi que sur la page Facebook de la SBF.


SBF Personnel : Dominik Plüss

15.06.2022

© Dominik Plüss, Anna Rossinelli 2021

Dominik Plüss. Ce photographe bâlois (1972) vit à Reinach (BL) et pratique la photographie depuis l'âge de 15 ans. Plüss travaille comme photographe dans la région de Bâle et dans le nord-ouest de la Suisse. En 1997, il a fait de sa passion son métier principal. Aujourd'hui, il est indépendant depuis plus de 25 ans et travaille en entreprise individuelle dans les domaines photographiques les plus divers. Il a acquis sa routine en tant que photographe d'actualités et de presse avec des commandes dans les domaines du reportage, du portrait, de l'architecture, du sport, des concerts et des événements.

Aujourd'hui, Plüss travaille principalement dans les domaines des relations publiques et de la publicité pour la presse écrite nationale et internationale, pour des clients de l'industrie économique, médiatique, publicitaire et culturelle, mais aussi pour le compte d'agences, de départements et de bureaux de création. Le domaine de la photographie de portrait - du collaborateur au CEO - est devenu une spécialité au fil des années.

Il raconte notamment à la rédaction du SER ce qui l'a poussé à ne plus travailler comme photographe de presse, mais comme photographe de portrait.  

Tu fais de la photographie depuis l'âge de 15 ans. Qu'est-ce qui t'a fasciné à l'époque ? C'était l'alliance de la créativité et de la technique. De plus, la photographie analogique était encore une boîte noire mystérieuse. L'ouvrir et la découvrir m'a attiré et m'a passionné. Les étapes de développement avec l'autofocus jusqu'à la photographie numérique faisaient également partie de la fascination.

Qu'est-ce qui t'a poussé à choisir la photographie comme activité principale ? J'étais jeune et insouciant, mais j'ai essayé et ça a marché. L'étonnement et la passion ont été plus forts que les doutes et les risques.

Avant, tu étais surtout photographe de presse, aujourd'hui, tu es spécialisé dans les portraits. Pourquoi cela ? La photographie d'actualité offre des conditions de plus en plus mauvaises, concrètement les commandes sont moins nombreuses et les honoraires moins bons. Les médias veulent faire des économies. Les clients viennent de plus en plus du secteur des relations publiques. Les commandes d'images, leur contenu, sont cependant souvent les mêmes, mais elles sont commandées directement et ensuite mises à la disposition des médias, où elles sont bien entendu utilisées. Cela signifie que les images ne sont pas payées par le journal, mais par la personne qui fait l'objet du reportage. Ainsi, une entreprise a plus de contrôle, en fait ce sont alors des images de RP. Toutefois, j'ai pu me faire un "nom" au cours de toutes ces années et je suis directement sollicité par des entreprises, des organisateurs et des administrations.

Du collaborateur au CEO, ils se retrouvent tous devant ton objectif. C'est passionnant ? L'étendue d'une session de portraits d'un CEO pharmaceutique le matin et d'un vendeur de magazine de rue Surprise l'après-midi donne une vision unique de la vie.

Tu es une entreprise individuelle, il y a beaucoup de concurrence dans la photographie, l'environnement économique n'est souvent pas facile. Comment gères-tu cette situation ? Il est essentiel de trouver sa propre niche. Être petit, agile et proposer une large offre dans différentes disciplines photographiques apporte de la stabilité. Un peu d'humilité aide aussi.

Qu'est-ce que les clients apprécient dans ta façon de travailler ? Je suis simple, efficace et rapide, réservée et discrète. Je n'essaie pas de copier un verrou ou quelqu'un, mais j'essaie de tirer le meilleur parti de la situation donnée.

Website

Patenaires d'or

Partenaires d'argent